Nous sommes vivants

Cela peut paraitre étrange, mais nous sommes vivants !

Depuis le temps, le Fab Lab de Saint-Nazaire dans lequel nous bricolions a fermé, et étant tous logés en appartements, nous n’avons pas pu continuer.

Nous sommes désolés pour le temps d’attente, cela a été dur pour nous aussi de faire une croix là dessus depuis tout ce temps, mais promis ce sera corrigé début 2017 !

Quelques tours de vis plus tard

Après la découpe laser réalisée avant les vacances, nous nous sommes enfin lancés dans le concret en donnant nos premiers coups de vis !

Tout d’abord, Antoine a réussi à boucler le câblage des boutons et du stick grâce à un montage en série permettant de n’utiliser qu’une seule prise de terre et ainsi soulager l’utilisation des ports GPIO du Raspberry. Il nous reste à tester intensivement son œuvre pour l’améliorer si nécessaire, puis l’intégrer définitivement sur le panel.

P1070429

Pour commencer nous avons d’abord disposé les différents pièces sur le sol pour définir notre plan d’attaque et savoir combien d’équerres et de vis étaient nécessaires au montage. Pour plus de facilité dans la maintenance de notre borne, nous avons décidé que deux pièces seraient « ouvrables » grâce à des charnières : le haut de la borne pour permettre de retirer l’écran lors de déplacements, et le panel (qui accueille les boutons et le stick) pour permettre de gérer le câblage en cas de problème.

P1070425

Après quelques minutes, nous avons réussi à fixer la base de la borne pour ensuite travailler plus facilement sur les autres éléments.

P1070430

Après de savants calculs permettant de définir l’emplacement de la visserie et des différentes charnières, voici le résultat que nous avons obtenu.

P1070433

A noter que pour cette semaine, nous avons décidé de nous arrêter ici car la fatigue se faisait ressentir et que nous ne voulions pas faire de bêtises sur la fixation du panel (accessoirement, il nous manquait aussi des vis et des charnières).  Voici également l’ouverture par le haut qui va nous permettre de faire glisser l’écran pour faciliter le transport de la borne.

P1070434

En résumé pour une borne, nous avons eu besoin de :

  • Une quarantaine de vis ;
  • Une quarantaine de boulons ;
  • Quatre charnières (une pour le haut et trois pour le panel de jeu).

Nous pensons également à ajouter une poignée sur le dessus pour permettre l’ouverture par le haut.

Rendez-vous la semaine prochaine pour la découpe du panel aux dimensions optimales (rapprochement des boutons, réduction du trou destiné au stick et augmentation de la surface car nous l’avions un peu découpé au hasard pour essayer) et la fixation de celui-ci sur notre prototype dont; nous devons l’avouer; sommes assez fiers. A savoir que nous préparons également une check-list de ce qu’il faut pour se lancer dans le projet, et les fichiers pour la découpeuse laser seront aussi disponibles d’ici quelques jours.

Après quelques buts…

Depuis le mois de mai nous avons avancé doucement mais sûrement. Certains sont partis en vacances, d’autres ont suivi des événements sportifs divers mais le projet est toujours actif !

Nous avons acheté des écrans chez Nâga, deux modèles 17 pouces, ainsi qu’un modèle 19 pouces tous les deux 4:3 évidemment.

Nous avons aussi réalisé et fait découper les panneaux du premier modèle de notre borne (adapté sur l’écran 17 pouces) dans du médium 3 mm.

Panneaux

Les panneaux de la borne ont été pris du modèle publié sur l’article précédent et mis à l’échelle sur le logiciel Inkscape avec les dimensions de notre écran pour ensuite générer un fichier vectoriel passé dans la découpeuse laser du Fab44.

Découpe laser

En parallèle de ça, nous avons comme projet de monter une association de Hackerspace au sein du Fab 44 qui nous accueille gracieusement le mercredi soir chaque semaine. Celui-ci aura comme nom doux : « Dockerspace » ! Le site web est encore dans les cartons, mais un wiki est déjà en place pour suivre les projets.

Pour finir, le câblage du panel a commencé, nous avons pour cela utilisé des cosses sur chaque bouton et utilisé des embouts enfichables sur le GPIO du Raspberry Pi.

La prochaine étape est la fixation des panneaux entre eux ainsi que la fixation de l’écran. Dans une future version nous utiliserons sans doute un système d’encoches ce qui facilitera le montage/démontage.

Merci à David pour ses photos !

On se rapproche du but…

Flashback en janvier 2014 … – « en moins de deux mois »

Quatre mois plus tard, la borne n’est toujours pas sortie de terre et bien que nous nous réunissions toutes les semaines (ou presque), le projet stagne un peu à force de tours et détours qui nous font perdre un temps considérable.

Malgré cela, au détour de nos recherches sur Internet, nous avons trouvé le site BartopArcade qui propose différents modèles de bartop qui nous ont tapé dans l’œil. Pour faire simple, nous avons pu récupérer les différentes mesures et vectoriser tout cela via Inkscape pour ensuite les exporter sur la découpeuse laser et obtenir nos précieuses pièces qui une fois fixées, donneront le squelette de notre borne.

Le site proposant différents modèles, nous avons opté pour le plus simple (pour commencer !), et c’est donc sur le bartop suivant que nous allons travailler au cours de prochaines réunions.

04layout

04lcd

La prochaine étape va consister à trouver des écrans 15′ (minimum) au format 4:3. Pour cela nous guettons  Leboncoin et avons également pris contact avec l’association Nâga basée à Nantes.

Vers un changement de système ?

Publiée sur le compte de notre cher @lebartok ce jour, l’annonce a fait l’effet d’une bombe au sein de notre multinationale.  En effet, depuis le début de notre projet, il se peut que nous partions sur une mauvaise piste en nous focalisant sur le système PiMAME pour faire tourner nos jeux préférés.

Récemment, le système Lakka a fait son entrée dans le monde de l’émulation et est pour l’instant exclusivement disponible pour le Raspberry. Se revendiquant lui même DIY retro emulation console, Lakka va nous permettre d’émuler tout un tas de consoles, allant de la NES à la PlayStation en passant par la classique Game Boy.

Dans le courant de la semaine, nous allons donc tester ce système sur un Raspberry Pi afin de découvrir quel système emportera finalement la bataille. A savoir également que pour l’instant Lakka est en développement et qu’il devrait faire son apparition sur PC,  Apple TV ou encore les différentes cartes informatiques.

Le principal avantage de Lakka risque d’être son interface se rapprochant d’un XMB (interface des consoles récentes comme la PlayStation 3) et surtout la navigation dans les différents menus réalisable grâce à notre joystick (ce qui n’est pas possible avec PiMAME et qui nous forçait à intégrer à notre borne un clavier dissimulé sous le panel de jeu). Pour ceux qui ne voudraient pas construire une borne d’arcade, il est aussi possible d’y brancher une manette de Xbox 360 ou de PlayStation 3.

Site officiel : Lakka.tv

Réception du matériel

Les choses deviennent concrètes à partir d’aujourd’hui. En effet, nous avons reçu cette semaine les différents composants que nous avions commandés sur le site Starcab et dont vous pouvez retrouver les références sur notre précédent billet. Pour fêter cette arrivée, nous vous proposons quelques photographies des composants et en avant première la modélisation en 3D du panneau accueillant les boutons et le stick.

borne_3D

Si vous souhaitez commander sur Starcab, notre avis est plutôt bon étant donné que la réception des produits est arrivée quelques jours seulement après la commande. Seul petit soucis, les frais de ports un peu élevés, et le fait de ne pas pouvoir retirer son colis en point relais.

Au niveau des composants, tout semble être conforme à nos attentes, sauf les boutons qui nous semblent un peu mous … à voir en fonctionnement.

La prochaine étape de notre périple : la découpe laser du panel de jeu pour débuter le câblage de notre borne, et continuer la modélisation en 3D de la borne complète car nous pataugeons un peu depuis quelques temps sur le logiciel Freecad.

Sélection du matériel

Après la présentation du projet et son lancement officiel suite à notre déménagement au Fab Lab de Saint-Nazaire, il est temps de faire un point sur ce qui va rendre notre borne agréable à jouer : le choix des boutons et du stick.

Pour le fournisseur, nous avons essayé de trouver le moins cher sur Internet et du côté de la France pour éviter les frais de port et autres taxes exotiques qui pourraient plomber notre budget initial qui, rappelons-le, est d’environ 100 € par machine. Après quelques recherches nous nous sommes tournés vers Starcab, même si ce choix n’est pas définitif si nous pouvons trouver moins cher ailleurs.

Layout

Pour la disposition des boutons nous avons longuement tergiversé sur différents modèles que nous avons pu trouver sur internet, puis notre choix s’est arrêté sur celle utilisée par Metku Mame (image suivante), à savoir six boutons destinés au jeu pur et trois pour les contrôles supplémentaires (Start, Select et retour à l’accueil). Seuls deux boutons sont destiné à cet usage par Metku mais nous avons tranché  pour ce choix en fonction de nos besoins. Pour la borne en elle même, nous sommes également partis sur cette forme, que nous essayerons de reproduire le plus fidèlement possible en adaptant bien sûr le panel de jeu à nos besoins.

Metku Mame

Boutons

Point déterminant pour le confort de jeu, nous avons souhaité prendre de la qualité en nous penchant vers la marque reconnue dans le domaine des jeux d’arcades : Sanwa. Nous avons donc choisi six boutons identiques pour le jeu, d’un diamètre de 30mm et aux couleurs souhaitées par chaque créateur, ainsi qu’un septième, du même diamètre, qui nous permettra de revenir à l’accueil de l’émulateur. Pour les boutons Start et Select nous avons préféré, pour des raisons ergonomiques, choisir des accessoires un petit peu plus petits, d’un diamètre de 24mm.

Boutons de 30mm : Sanwa OBSF-30 (7×2,10 = 14,70€)
Boutons de 24mm : Sanwa OBSF-24 (2×2,10 = 4,20€)

Stick

Second point indispensable au confort de jeu, nous avons là aussi opté pour du Sanwa, qui d’après le site Starcab est le top de vente, et qui va convenir à notre projet d’après la description du produit. Pour le modèle nous avons choisi le JLF-TP-8YT qui intègre la plaque de montage pour 1,80€ de plus que le modèle de base.

Stick : JLF-TP-8YT + plaque de montage (21,00 + 1,80 = 22,80€)

Suppléments

Bien sûr, pour relier tout ces beaux éléments au PCB, il va nous falloir des cosses femelles (deux par boutons) de 2,8mm vendues à l’unité, ainsi que des câbles vendus au mètre. Sûrement trouvables dans n’importe quel enseigne de bricolage, nous avons préféré grouper la commande pour ne rien oublier. Pour le stick il va nous falloir un connecteur 5 broches également vendu sur le site. Celui-ci va nous permettre de relier le stick au PCB et d’interpréter les mouvements de l’utilisateur. Enfin, un dernier élément facultatif, dont l’intégration dans le projet n’est pas encore tranchée : un interrupteur que nous placerons à l’arrière de la borne et qui nous permettra d’éteindre complètement la borne plutôt que d’arracher la prise murale à chaque fin de session.

Écran

Pour l’écran, nous allons nous adapter aux plans de Metku en partant sur du 15 pouces. Nous allons essayer de dénicher des écrans à bas prix sur Internet ou dans des magasins d’occasion, que nous délaisserons de leurs coques pour ne récupérer que la dalle. En plus d’alléger la machine, ça nous permettra de réduire l’espace à l’intérieur et d’intégrer plus facilement l’écran au conteneur.

Pour la prochaine étape, il va falloir que nous poursuivions un petit peu notre apprentissage de FreeCad que nous avons commencé à appréhender la semaine dernière.

Bornes to Play au Fab !

Depuis plusieurs semaines, nous avions commencé  le projet dans les locaux de Snalis mais à partir du 12 février nous travaillons désormais au Fab de Saint-Nazaire qui nous accueille chaleureusement.
Le  Fab c’est quoi ? Un lieu entièrement dédié à la création avec des machines-outils, imprimantes 3D, ordinateurs et salle de réunion/formation.

lefab

 Les ateliers ont ouvert il y a peu de temps et nous pouvons profiter de l’espace pour travailler plus efficacement.
Nous remercions Aurélie et Julien pour nous avoir laissé l’accès à leurs locaux à titre associatif afin de réaliser notre projet de borne d’arcade et peut-être d’autres projets par la suite !

design de la borne

Après avoir travaillé sur la partie logicielle de notre borne nous déménageons donc au Fab pour nous intéresser à la partie matériel.
Nous avons regardé quels sont les composants dont nous aurons besoin (boutons et stick) et nous avons commencé à dessiner la structure de la borne sous FreeCad.
Cette borne sera faite en bois et accueillera un écran 4:3.

Nous publierons très prochainement notre liste d’achat de matériel ainsi que les plans de construction de notre borne 😉

Configuration du Raspberry Pi avec PiMAME

PiMAME

Aujourd’hui on attaque la première étape nécessaire au bon  déroulement du projet : la configuration du Raspberry Pi en utilisant PiMAME. Pour effectuer cette étape, il va nous falloir un certain nombre d’accessoires que voici ci-dessous :

  • Un Raspberry Pi + un câble d’alimentation ;
  • Une carte SD de 4Go minimum ;
  • Un câble HDMI ;
  • Des enceintes.

Présentation de PiMAME

PiMAME est un système d’exploitation permettant l’émulation de nombreuses consoles de salon ou portables.  Les systèmes émulés par le système sont :

  • MAME – AdvanceMAME & MAME4ALL
  • CPS I / CPS II – Final Burn Alpha
  • Neo Geo – GNGeo
  • Playstation – pcsx-reARMed
  • Genesis – DGen
  • SNES – SNES9x
  • NES – AdvMESS
  • Gameboy – Gearboy
  • Gameboy Advance – GPSP
  • ScummVM
  • Atari 2600 – Stella
  • Cavestory – NXEngine
  • Commodore 64 – VICE

La première étape a effectuer est d’installer l’image de PiMAME sur la carte SD. Pour ce faire, il est nécessaire de télécharger l’image sur le site officiel de PiMAME en choisissant la dernière version disponible.

Installer l’image depuis Linux

Ouvrez une console puis tapez la commande suivante pour connaître le chemin de votre carte SD.

# commande permettant de lister les disques / cartes
fdisk -l

# résultat de la commande
Disk /dev/sda: 1000.2 GB, 1000204886016 bytes
255 têtes, 63 secteurs/piste, 121601 cylindres, total 1953525168 secteurs
Unités = secteurs de 1 * 512 = 512 octets
Taille de secteur (logique / physique) : 512 octets / 4096 octets
taille d'E/S (minimale / optimale) : 4096 octets / 4096 octets
Identifiant de disque : 0x0005600a

Disque /dev/sdb : 7822 Mo, 7822376960 octets
241 têtes, 62 secteurs/piste, 1022 cylindres, total 15278080 secteurs
Unités = secteurs de 1 * 512 = 512 octets
Taille de secteur (logique / physique) : 512 octets / 512 octets
taille d'E/S (minimale / optimale) : 512 octets / 512 octets
Identifiant de disque : 0x0002c262

Repérez votre carte SD en fonction de sa capacité. Ici, la carte est nommée /dev/sdb. Notez bien ce nom car il va être nécessaire pour la suite de opérations.

Saisissez enfin la commande suivante, qui va se charger de formater la carte SD puis installer l’image dessus.

sudo dd if=/repertoire/vers/pimame/pimame.img of=/dev/sdb

Chose assez contraignante, aucune indication quant à la durée du traitement n’est proposée par le système… Il est donc nécessaire d’attendre jusqu’à ce que l’écran change et que le système indique que les blocs ont été copiés sur la carte SD.

Installer l’image depuis Windows

Depuis Windows les choses sont beaucoup plus simples puisqu’il suffit de passer par deux logiciels qui vont s’occuper d’effectuer le travail à notre place.

Le premier, SD FORMATTER va nous permettre comme son nom l’indique de … formater la carte SD. Vous pouvez le télécharger sur le site officiel du logiciel, puis l’installer en suivant simplement la procédure standard.

Lancez ensuite le logiciel puis formatez votre carte SD en FAT 32, en sélectionnant le périphérique dans la liste déroulante.

Le second, Win32DiskImager va nous permettre de copier proprement l’image de PiMAME sur la carte SD. Sélectionnez votre carte dans la liste, puis choisissez l’emplacement de l’image de PiMAME. La copie va commencer et (normalement) se dérouler sans accroc.

Retirez votre carte et insérez là dans votre Raspberry Pi … la suite au prochain épisode !

À 3 bornes de l’arrivée !

Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur le journal de bord de Bornes To Play, un projet de création de bornes d’arcade DIY.

Une recette simple

Prenez trois passionnés de jeux vidéo, mettez-les dans un fablab flambant neuf implanté à Saint-Nazaire, et vous obtenez sans trop forcer un projet alliant création numérique et vidéoludisme.

Notre objectif est pour le moment très simple : concevoir et réaliser trois bornes d’arcade de type « bartop » (à poser sur une table), basées sur Raspberry Pi, et pour un budget inférieur à 100 € par machine.
Allez, soyons fous et ajoutons « en moins de deux mois » !

Si la partie logicielle de ce projet ne nous inquiète pas vraiment, c’est en électronique et en menuiserie que nous allons devoir décupler notre niveau d’XP.

Affaire à suivre donc…

On reste en contact

En plus de ce blog, vous pouvez nous suivre via les comptes Twitter suivants :
@BornesToPlay
@AntoineTurmel
@toumitoun
@lebartok

Et nous vous conseillons également celui du FabLab de Saint-Nazaire :
@LeFABstnazaire

Photo : CC BY-NC 2.0 by tinkerlog

Projet de création de bornes d'arcade